lundi, juin 12, 2017

Melon grillé, tomates ananas et burrata pour une salade d'été

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen






Le melon c’est le fruit de l’été pour moi. Avant la pêche. Je suis capable d’en manger tous les jours durant la belle saison. Plus en dessert qu’en entrée d’ailleurs. Alors quand on peut aussi le déguster grillé en salade, c’est aussi une autre manière de l’apprécier. Et puis j'adore toutes ces discussions sur comment bien le choisir. C'est surtout son odeur qui me fait le choisir.

Vous pouvez le griller au barbecue ou sur une poêle grill bien chaude. J’imagine que c’est envisageable aussi à la plancha mais le but est d’avoir de belles stries sur les tranches sans que le melon ne cuise trop.





Salade de melon grillé, tomates ananas et burrata
Recette imaginée à partir de celle présentée dans le Saveurs de Juin 17
Pour 4 personnes
1 melon bien mûr
2 burrata
4 belles tomates ananas ou 6 tomates green zebra/noire de Crimée
16 tranches fines de pancetta
1/2 bouquet de basilic
Huile d’olive
Vinaigre balsamique
Gomasio ou fleur de sel/poivre du moulin

Faites chauffer le grill afin qu’il soit bien chaud. Epluchez et épépinez le melon. Coupez en tranche de 6/7 mm d’épaisseur. Faites griller les tranches rapidement 3 minutes de chaque côté. Réservez les dans un saladier.
Faites revenir les tranches de pancetta sur le grill encore chaud ou à la poêle sans matière grasse.
Lavez et coupez les tomates en tranches.
Dans chaque assiette, placez des tranches de melon grillé, des tomates, la pancetta émiettée et quelques feuilles de basilic. Rajoutez une demi burrata par assiette, quelques gouttes de vinaigre balsamique et d’huile d’olive. Assaisonnez. Dégustez l’été.





Je ne suis pas très présente cette année. Manque de temps avec des week-ends très occupés qui m’éloignent des fourneaux. Un manque d’envie aussi bien que la motivation semble revenir. A bientôt.


dimanche, mai 14, 2017

Sablés bretons au sarrasin, crème de Dulcey selon Frédéric Bau

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen






Je suis nulle en émission de cuisine à la télévision. je ne regarde pas les Masterchefs, Topchef et autres meilleurs pâtissiers. Premièrement, c’est trop long et c’est impossible pour moi, même en replay, de regarder pendant des plombes ce type d’émission, deuxièmement c'est beaucoup trop scénographié. Les faire cuisiner au sommet de la Tour Eiffel, au bord d’un terrain de rugby ou autre , ne m’intéresse pas du tout. J’aime les reportages sur les chefs comme Chef’s table par exemple ou les vraies émissions culinaires où un chef cuisine un plat de A à Z.

J'ai commencé à regarder le Meilleur Pâtissier pro (j'ai vu le premier épisode et déjà raté les deux suivants donc c'est déjà mort pour la suite) sans Mercotte. Je la suis depuis le tout débuts des blogs. En plus elle n’est pas très loin de ma maison de famille, entre Le Bourget-du-Lac et Annecy, il n’y a qu’un pas. Nous nous sommes rencontrées rapidement une fois. Je suis très contente de sa réussite et j’apprécie beaucoup sa pédagogie dans ses explications, parfois moins son ton trop institutrice. Elle est très savoyarde d’esprit. Je fais très rarement les recettes qu’elle propose mais j’ai immédiatement apprécié cette recette de Frédéric Bau, de l’Ecole du Grand chocolat Valrhona et créateur du Dulcey. C’est le sarrasin qui m’a surtout attiré dans cette recette plus que le Dulcey. Attention : le chocolat blond Dulcey est relativement cher et il vous en faut 355 g pour cette recette.

Si vous voulez toutes les explications je vous renvoie vers le site de Mercotte. Un conseil suivez bien tous ses conseils, sinon...

Ci-dessous, la version simplifiée





Sablés bretons au sarrasin, crème de Dulcey à la fleur de sel : Prydein
80g de jaunes d’oeuf
160 g de sucre de canne blond
160 g de beurre mou (pas fondu)
150 g de farine à levure incorporée
75 g de farine de sarrasin
40 g de sarrasin grillé : kasha (en magasin bio)
2 g de fleur de sel
pour la crème de Dulcey
150 g de crème fleurette 35% de matières grasses
275 g de chocolat blond Dulcey
3 g de fleur de sel
pour la déco
80 g de chocolat Dulcey
quelques pincées de kasha


Vous pouvez préparer cette étape à l’avance :
Tamisez les farines et le sel. Concassez les grains de sarrasin grillé. Montez les jaunes avec le sucre et quand le mélange blanchi et devient crémeux vous pouvez ajouter le beurre pommade. Mélangez bien. Rajoutez la farine en deux ou trois fois et ensuite le sarrasin concassé.
Étaler la pâte entre deux feuilles de papier guitare ou de papier sulfurisé sur une épaisseur de 10 mm. Réservez quelques heures au réfrigérateur

Préchauffez le four à 150°/160° chaleur tournante. Détailler la pâte avec les cercles de cuisson non beurrés. Vous laissez bien sûr les cercles de cuisson. Il est très important d’utiliser des cercles de cuisson non beurré car ils vont permettre à la pâte de monter et non de s’étaler dans un premier temps et ils vont apporter du croustillant et le bord caractéristique du sablé. Je n’avais pas de petits cercles : les miens 6 ou 6 cm de diamètre. Les sablés sont donc relativement gros. Enfournez les sablés pendant 25 à 30 min. Enlevez le cercle dès la sortie du four. Pour ma part, j’ai légèrement appuyé au centre des sables afin de créer un leger creux pour le remplissage de la ganache. Il faut le faire quand le sablé est encore tiède. Réservez les sur une grille.

Préparez votre crème au Dulcey

Faites fondre le chocolat au bain-marie ou au micro-ondes puissance 500W ou décongélation. Il doit être aux environs de 35° (je suis très mauvaise élève car je n’utilise pas de sonde) mais il doit juste être fondu. Portez la crème à ébullition. Stoppez le feu. Versez en 3 ou 4 fois le Dulcey fondu à l’aide d’une maryse sans intégrer d’air. Ajouter la fleur de sel. Laissez refroidir. La ganache va tranquillement prendre et devenir plus ferme. Remplissez le centre des sablés avec la ganache à l’aide d’une poche à douille sans douille ou avec une petite cuillère. Je l’ai fait à la cuillère (la flemme de sortir la poche à douille). Quand la ganache est devenue légèrement dure, j’ai décoré avec des lacets de chocolat Dulcey fondu et des grains de Kasha non concassés sur le dessus.

Il n"y a plus qu'à dire : Vive la Bretagne






samedi, avril 29, 2017

Tarte aux asperges, ricotta et parme (pâte brisée au balsamique)

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen


Les jours filent à toute allure. Je n’ai pas eu le temps de cuisiner beaucoup malgré mes 10 jours de repos en Haute-Savoie. Je suis toujours en train de ranger la maison, transformer le potager en pelouse (sans pluie depuis plus de 5 semaines elle n’a pas eu encore le temps de pousser), enlever les mauvaises herbes (ce qui prend un temps dingue), tondre, arroser, peindre et bricoler. La salle de bain de ma future chambre a bien avancé, le carrelage est posé.

Le temps quand même de me reposer, de lire un peu avec Shadow qui retrouve avec moi la maison à chaque visite. Elle se réapproprie les lieux à chaque fois et chasse les autres chats qui auraient pu s’installer dans son domaine. Elle vit bien dans ses deux maisons désormais. En tout cas, elle a l’air bien dans sa peau de chat tout terrain qui en a vu d’autres. Un jour je vous raconterai son histoire.
En attendant, la cuisine reste très simple et efficace.





Tarte (pate brisée au balsamique) aux asperges, ricotta et jambon de Parme
Pour 6 personnes - recette de Cuisines et Vins de France
Pour la pâte brisée
200 g de farine
100 g de beurre froid coupé en morceaux
1 pincée de sel
1 jaune d’oeuf
2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique

8/10 têtes d’asperges (les 10 cm supérieurs)
250 g de ricotta de bonne qualité (si votre crémier en vend)
15 cl de crème fraiche liquide
1 oeuf
4 tranches fines de jambon de parme
6 feuilles de basilic frais
1 pointe de couteau de piment d’Espelette

Préparez votre pâte brisée comme vous le faites habituellement avec la seule réserve d’ajouter du vinaigre balsamique en lieu et place des deux ou trois cuillères habituelles d'eau glacée. Roulez en boule et réservez- la au frais.
Éliminez le bout des queues des asperges. Faites-les cuire 5 min à l’eau bouillante salée. Égouttez-les et réservez-les.
Préchauffez le four à 180° et beurrez un moule à tarte. Etalez la pâte brisée dans un moule rectangulaire ou non, piquez-la de quel­ques coups de fourchette, puis posez le côté piqué contre le fond du moule. Couvrez la pâte de papier sulfurisé, recouvrez de haricots secs et enfournez pour 10 min, afin que la pâte soit précuite à blanc.
Rincez, épongez et ciselez le basilic. Dans une jatte, réunissez l’œuf, la ricotta, la crème liquide, du sel, le piment d’Espelette et le basilic ciselé.
Mélangez pour que la préparation soit homogène. Versez-la sur la pâte précuite. Coupez le jambon de Parme en lanières et répartissez-les sur la tarte ainsi que les asperges. Enfournez le moule pour 30 min, servez chaud ou tiède avec une salade d’herbes et un blanc de Bourgogne comme un Pernand-Vergelesse, frais mais onctueux en bouche.

J’ai testé une autre version avec de la brousse au lieu de la ricotta mais le résultat était moins intéressant, plus dense.




Avec ce week-end du 1er mai tranquille à la maison, je vais pouvoir me replonger dans les livres de recettes et certainement vous trouvez quelque chose à grignoter très vite.

lundi, avril 03, 2017

Asperges vertes, sauce à la spiruline

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen








On se croirait en fin de printemps... alors qu'il débute. J’ai des envies de verdure après des mois de légumes d’hiver même si je les adore. Je n’ai pas encore acheté de petits pois frais mais ce sera pour bientôt. En attendant je continue la longue saga des asperges. Vous trouverez certainement votre bonheur sur le blog.
Cette année pour la première recette de printemps, l’asperge verte est associée à de la spiruline : le super aliment qui cartonne depuis plusieurs mois et que l’on retrouve dans de nombreuses recettes notamment dans les smoothies ou les bowls.  Comme la spiruline est riche en fer, elle est souvent associé à un jus de fruits riche en vitamine C qui permet de le fixer.
La spiruline est une micro-algue d’eau douce que l’on trouve en comprimés, tablettes ou paillettes. L’UNESCO a déclaré que c’était l’aliment idéal le plus complet de demain, car elle est un véritable concentré de vitamines, de fer, d’antioxydants, de protéines, d’oligo-éléments, de béta-carotène, de sels minéraux, d’acides gras essentiels... Bref super aliment certainement un peu survendue certainement. On en produit en France.






Asperges vertes sauce à la spiruline
Recette de Jérome Faure, chef étoilé installé dans le Vaucluse
Pour 4 personnes

16 asperges vertes
1 citron jaune bio
1 yaourt caillé
1 cuillère à café de spiruline
4 oeufs frais bio
1 oignon primeur
6 cuillères à soupe d’huile d’olive
Sel de Maldon
Mettez l’oignon avec sa tige, le jus de citron, la spiruline et un peu de sel dans un mixeur en ajoutant progressivement 6 cuillerées à soupe d’huile d’olive comme pour monter une mayonnaise.
Nettoyez les asperges, les rincer et plongez en 12 uniquement pendant 4 minutes dans une casserole d’eau bouillante salée. Les rafraîchir et les rouler dans un mélange huile d’olive, sel et poivre.
Faites cuire les œufs mollets mi-durs pendant 6 minutes et enlevez les coquilles.
Détailler les 4 asperges crues restantes en lamelles à la mandoline. Saler et poivrer le yaourt.
Répartir les asperges cuites et crues dans 4 assiettes, accompagnées d’un œuf mollet, d’une cuillerée de yaourt et d’un trait de sauce à la spiruline.

Une sauce originale citronnée et pleine de bienfaits pour accompagner de simples asperges.
Le printemps débute bien.

lundi, mars 13, 2017

Salade de pomelos, noix de coco et citronnelle

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen





Même si la saison ne s’y prête pas encore, j’adore les salades fraîches surtout si elles ont des notes exotiques. Nous sommes dans la pleine saison du pomelo, il faut en profiter.
Attention : pamplemousse et pomelo sont deux espèces différentes. Le premier vient d’Asie alors que le second vient de la Caraïbe. Le pomelo serait un croisement entre le pamplemousse et l’orange douce. La Guadeloupe en produit tout comme la Guyane mais c’est surtout la Corse qui en est le principal producteur pour la France. La Floride reste le plus gros exportateur pour le monde entier.
Le pomelo est devenu d’ailleurs majoritairement présent sur les étals au détriment du pamplemousse asiatique plus rare. Et la plupart du temps quand vous consommez un pamplemousse, de fait c’est un pomelo.
Bref, moi je l’adore surtout en salade avec un peu de coriandre, de citronnelle et de noix de coco comme dans cette recette. Parfaite pour un brunch.






Salade de pomelos à la noix de coco grillée et citronnelle
pour 2 personnes
3 pomelos
1 tige de citronnelle (la partie très tendre du centre)
1/2 oignon rouge (remplacé par un petit oignon blanc nouveau)
Une dizaine de noix de cajou
2 cuillères à soupe de noix de coco en poudre.
1 citron vert
1 bouquet de coriandre
3 cuillères à soupe d’huile d’olive

Enlevez la peau du pomelo. A l’aide d’un couteau bien aiguisé, coupez à vif la peau afin d’enlever toutes les petites parties blanches qui sont amères et désagréables. Toujours avec le couteau, enlevez chaque quartier du pomelo que vous réservez dans un petit saladier. La méthode en vidéo ici avec des oranges mais la technique est la même pour le pomelo/pamplemousse.
Ciselez en biais très finement la citronnelle (uniquement la partie la plus tendre centrale de la tige). Si vous n’aimez pas la citronnelle fraîche, vous pouvez la remplacer par une demi-cuillère à thé de purée de citronnelle que vous délaierez dans un peu de jus de pomelo.
Emincez finement l’oignon. Rajoutez citronnelle et oignon aux suprêmes de pomelo. Vous pouvez réserver au frais. Faites légèrement griller les noix de cajou et la noix de coco. Attention à ne pas les brûler.
Avant de servir, mélangez le jus du citron vert et l’huile d’olive. Versez sur les segments de pomelo. Servez dans des assiettes en saupoudrant de noix de coco grillée, de noix de cajou grossièrement concassées et de quelques feuilles de coriandre.




Autre idée de recette à base de pomelo/pamplemousse :avec cette salade thaïe aux agrumes




Cette salade me donne des envies de légumes primeur. Il va falloir encore attendre un peu sauf pour les asperges... A bientôt

jeudi, février 23, 2017

Gâteau chocolat et tahiné

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen





En presque 11 ans de blog, je crois qu’il y a moins d’une dizaine de recettes de cakes, gâteaux ou tartes au chocolat. On ne peut pas vraiment dire que ce soit mon fond de commerce. J’aime beaucoup le chocolat mais peu en pâtisserie. J’aime surtout le chocolat à croquer ou en bouchées. Il y a déjà un cake au sésame sur le blog mais ici chocolat et sésame se rencontrent différemment. J’ai utilisé du tahiné ou de la pâte de sésame blond à la fois dans le cake et pour le glaçage.
La recette vient d’un Elle à table de cet automne. J’avais craqué sur toutes les recettes proposées à base de tahiné… il ne me reste plus que la glace au tahiné à tester. Bientôt.





Gâteau au chocolat et tahiné
pour un moule de 22 cm.
200 g de chocolat noir (70% Valrhona pour moi)
100 g de crème liquide
100 g de sucre de canne complet
4 oeufs
100 g de farine ) levure incorporée
50 g de tahiné
1 cuillère à café de vanille liquide
1 pincée de fleur de sel
pour le glaçage
40 g de sucre glace
30 g de tahiné
le jus d’une demi-orange.

Préchauffez le four chaleur tournante à 180°C. Beurrez un moule à charnière.
Faites fondre au bain-marie le chocolat coupé en morceaux avec la crème.
Pendant ce temps, fouettez les oeufs avec le sucre. Le mélange doit mousser. Rajoutez la farine, une pointe de sel, la vanille liquide et la pâte de sésame. Versez ensuite le chocolat fondu.
Mélangez bien avant de verser dans le moule. Placez au four pour 20 m de cuisson. Pendant ce temps, mélangez le sucre glace, le tahiné et le jus d’une demi-orange. Sortez le gâteau au bout de 20 minutes, versez dessus le glaçage que vous étalez grossièrement. Remettez au four pour 5 à 8 minutes afin que le glaçage durcisse et caramélise un peu. Sortez le gâteau et laissez refroidir.

Ce gâteau est peu sucré avec une note de sésame grillé. Les fans aimeront.



lundi, février 13, 2017

Potage de boeuf épicé à la coréenne

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen





Difficile de trouver l’inspiration et même l’envie de cuisiner. Mais il faut que je retrouve un peu d’énergie pour continuer à avancer. Quand je vois la tâche immense qui m’attend : m’occuper d’une maison désormais vide à 550 km de Paris, essayer de la faire vivre au moins un week-end par mois, entreprendre des travaux pour la moderniser un peu ce qui me donne aussi un projet à suivre, m’occuper aussi de l’appartement de ma marraine décédée un mois après maman… Ce début d’année passe par des hauts et beaucoup de bas. J’ai hâte d’être au printemps, de voir cette renaissance de la nature qui me donnerait aussi un peu de courage.

Un moment de tranquillité ce dimanche et je me pose enfin pour cuisiner un peu, du chaud et du réconfortant. D’abord un bon bouillon épicé au boeuf très coréen et une recette que vous découvrez la semaine prochaine : un gâteau chocolat/tahiné.






Commençons par le bouillon de boeuf. Afin de lui donner une note asiatique caractéristique il vous faudra trouver du piment rouge en poudre grossière : le Gochugaru typique des plats coréens à qui il donne cette couleur rouge caractéristique. On s’en sert aussi pour réaliser le fameux kimchi que je n’apprécie pas. Mon voyage en Corée il y une quinzaine d’années a été un désastre culinaire pour moi. Je n’ai rien vraiment aimé ni le kimchi, ni le fameux barbecue coréen. J’ai même un vrai blocage avec la cuisine coréenne. Il faudrait que je réessaie car je ne veux pas rester sur un échec.

En attendant j’ai voulu tester ce potage épicé (pas trop) aux lamelles de boeuf. Une bonne occasion de cuisiner aussi des germes de soja. J’aime beaucoup les germes de soja et je ne pense jamais à en acheter alors qu’elles sont intéressantes en termes de nutriments. et très faciles à cuisiner. Ici elles sont une bonne alternative aux nouilles ou vermicelles de riz.





Potage de boeuf épicé à la coréenne
pour deux grands bols
200 g de boeuf (poitrine ou rumsteak épais)
100 g de germes de soja fraîches
4 gousses d’ail
2 oignons verts
50 g de radis blanc
1 l d’eau
2 cuillères à dessert bombées de gochugaru (à doser en fonction de sa puissance)
2 cuillères à soupe d’huile végétale
3 cuillères à soupe d’huile de sésame
2 cuillères à soupe de sauce soja

Laissez tremper le boeuf dans une casserole d'eau froide (1 litre) pendant 1 heure. Au bout d’une heure, mettez la casserole sur le feu avec la viande en rajoutant 3 gousses d’ail pelées et l’oignon émincé. Faites cuire à petit bouillon pendant 20 minutes à couvert. Au bout de 20 minutes égouttez la viande et filtrez le bouillon. Conservez le dans la casserole.
Faites blanchir les germes de soja une minute à eau bouillante salée.
Dans un saladier, diluez le gochugaru avec l’huile végétale et la dernière gousse d’ail finement émincée. Rajoutez la viande coupée en lamelles, l’oignon émincé dans la longueur, le radis blanc coupé en petits cubes, la sauce soja et l’huile de sésame. Laissez mariner pendant 5 minutes.
Réchauffez le bouillon. Quand il bout, rajoutez la viande et la marinade. Faites cuire pendant 2 minutes à gros bouillons. Rajoutez le soja et faite encore cuire pendant 3 minutes à feu doux cette fois-ci. Rectifiez l’assaisonnement notamment en sel (à voir en fonction de la sauce soja utilisée qui peut être plus ou moins salée)
Servez bien chaud dans des bols.



A la semaine prochaine pour un gâteau chocolat au tahiné.


LinkWithin

Related Posts with Thumbnails