mardi, janvier 24, 2017

Cake au beurre noisette, mandarine et amandes grillées

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen



Qui peut résister au beurre noisette ? Pas moi en tout cas. S’il est la base du financier, on peut aussi l’utiliser en cake dans une version très hivernale. Un cake qui donne juste envie de rester au chaud avec un bon thé en regardant la neige tomber.
La recette est inspirée du blog de Tartelette. J’ai juste remplacé le citron par de la mandarine. Pour le reste je n’ai rien changé





Cake au beurre noisette, mandarine et amandes
120 g de beurre doux
2 gros oeufs
120 g de sucre de canne complet
1 yaourt et demi brassé nature type Velouté
Zeste d’une mandarine
Jus de 2 mandarines
240 g de farine
2 cuillères à thé de levure (sauf si la farine a déjà de la levure incorporée)
1 pincée de fleur de sel
Pour le glaçage
120 de sucre glace
3 petites cuillères de lait
70g d’amandes effilées dorées au préalable à sec
Le zeste d’une mandarine et quelques gouttes de jus si le glaçage est trop épais

Dans une petite casserole faites fondre le beurre et faites le cuire jusqu’à ce qu’il prenne une belle couleur dorée avec cette bonne odeur de beurre légèrement noisette. Attention il ne doit pas brûler. Enlevez du feu et réservez afin de le faire descendre en température.
Préchauffez le four chaleur tournante à 180°C.
Dans un saladier, fouettez le sucre et les oeufs entiers. Ajoutez le yaourt et le beurre refroidi. Mélangez bien pendant une bonne minutes
Rajoutez les zestes de mandarine et le jus. Mélangez bien à nouveau avant de rajouter la farine, la levure et la pincée de fleur de sel, en deux fois.
Dans un moule à cake beurré, versez la préparation que vous faites cuire pour 45 minutes environ.
Laissez refroidir le cake sur une grille avant de le passer au glaçage.
Vous préparez celui-ci en mélangeant le sucre glace tamisé avec le lait et les zestes de la mandarine.Attention à ne pas le faire trop liquide ou trop épais. Versez sur le cake et décorez avec les amandes grillées.


jeudi, janvier 12, 2017

Chèvres secs marinés au sirop d'érable et au whisky

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen




Je vous souhaite une très bonne année gourmande et pleine de découvertes. En cuisine il est facile d’oser, alors n’hésitez pas à sortir de votre zone de confort habituelle.

Le temps passe vite, trop vite. Alors profitez de chaque instant.Je peux le dire d'autant plus assurément car ma maman est décédée brutalement avant Noël. Il me restait encore beaucoup de choses à partager avec elle et à apprendre. Je ne regrette aucun des moments passés avec elle, des kilomètres parcourus en TGV pour la voir au moins une fois par mois. C'est la fin de l'incroyable potager qu'elle créait chaque année et qui était sa passion. Je suis triste, tellement triste...

                                                                      ****

Une  recette simple et un poil «osée» pour commencer cette nouvelle année pour le blog qui aura 11 ans en mars. Incroyable.

L’année commence avec une recette de fromage mariné issue de Saveurs. Elle est simple avec des ingrédients faciles à trouver. Les novices en cuisine peuvent se lancer.
Pour les amateurs de chèvre sec comme moi, c’est à tester obligatoirement, sans parler des amateurs de whisky. On dit que le bouton de culotte est le plus petit des fromages. Je l'ai associé dans cette recette à des bouchons de Sancerre.




Fromage de chèvre sec marinés au sirop d’érable et au whisky.
12 fromages de chèvre type bouton de culotte ou bouchon de Sancerre
40 cl de sirop d’érable
2 cuillères à soupe de whisky (Dalwhinnie pour moi)
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
Des feuilles de sauge pas trop grosses
Une douzaine de grains de poivre noir (de Kampot pour moi)

Dans une casserole, portez à ébullition le sirop d’érable et le whisky. Faites flamber le whisky. Laissez tièdir.
Dans un bocal bien propre, placez vos petits fromages, les feuilles de sauge et le poivre. Versez le sirop d’érable, ajoutez l’huile d’olive et fermez le bocal. Laissez mariner au moins 24h. Dégustez avec un bon pain.

Surprenant et parfait pour épater des invités à la fin du repas qui n’ont presque plus de place pour du fromage...ils craqueront à coup sûr.Vous pouvez aussi leur proposer un verre de whisky pour accompagner ces fromages.


lundi, décembre 12, 2016

Risotto de sarrasin, shiitakes, mimolette et labneh

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen




Voici une recette inspirée de plusieurs idées vues dans les magazines de cet hiver, notamment le dernier Fou de Cuisine que je découvre avec beaucoup de bonheur. J’étais un peu passée à côté de ce magazine et notamment de son grand frère Fou de Pâtisserie. Je ne suis pas une fondue de pâtisserie, en tout cas de cette pâtisserie très technique qui demande temps et patience. Car du temps j’en manque un peu pour me lancer une demi-journée dans une recette trop technique. Donc j’avais un a priori plutôt négatif. Mais il m’a été vivement conseillé, conseil suivi et j’y découvre ce que j’aime : des recettes de chefs qui se font relativement facilement et rapidement.





Donc cette recette est une inspiration entre un risotto au sarrasin, des coquillettes de sarrasin à la mimolette et au Labneh. La base vient du livre Presque Végétarien .
Le labneh c’est quoi ? c’est un plat de fromage blanc/lait fermenté typiquement libanais et des pays alentours notamment de la Syrie. Il est facilement tartinable et se décline avec des herbes, de l’huile d’olive et du piment. Nous en avons mangé en Iran également quasiment à tous les plats même s’il ne portait pas le même nom. C’est un accompagnement parfait pour les plats végétariens, surtout les falafels. 
Dans ce risotto, il apporte du crémeux car le sarrasin n’apporte pas le même amidon que le riz. Il est contrebalancé par la mimolette. Quant au kasha ou sarrasin grillé, vous connaissez maintenant. Je l'ai découvert pour ma part en Ouzbekistan il y a quelques années et depuis j’en fais régulièrement. Il est cuisiné ici comme un riz en risotto avec vin blanc et bouillon de légumes.





Risotto de sarrasin aux shiitakes, mimolette et labneh.
Pour 4 personnes
200 g de sarrasin grillé ou kasha
600 g de shiitakés nettoyés et coupés en morceaux
1 oignon rouge émincé
1 gousse d’ail
1 verre de vin blanc
1 litre de bouillon de légumes
1 cuillère à soupe de labneh par personne
de la ciboulette
1 morceau de mimolette vieille ou extra-vieille
Huile d’olive
Sel et poivre

Préparez à l’avance votre bouillon de légumes maison ou du commerce. 
Dans une sauteuse, faites chauffez un peu d’huile d’olive avec la gousse d’ail. Quand l’huile est chaude, enlevez la gousse d’ail et faites revenir les morceaux de champignons. Retirez les au bout de trois minutes environ et réservez-les dans un bol.
Dans la même sauteuse, versez à nouveau un peu d’huile et faites revenir l’oignon émincé. Rajoutez le sarrasin préalablement rincé à l’eau froide et égoutté. Faites revenir le sarrasin 1 minute avant de verser le verre de vin blanc. Quand le vin blanc est évaporé, versez la moitié du bouillon sur le sarrasin, baissez le feu. Laissez cuire 15 minutes en remuant régulièrement sans couvrir. Rajoutez si besoin du bouillon. Le risotto est cuit quand le sarrasin est tendre. Salez et poivrez.
Juste avant de servir rajoutez les champignons. Servez dans des assiettes avec une bonne cuillère de labneh et des copeaux de mimolette. Vous pouvez également rajouter un peu de ciboulette.

Voilà qui change du risotto. Une jolie assiette qui fait une grande transition entre plusieurs continents.




lundi, novembre 28, 2016

Beurre de mangue d'Angèle et boudoirs au sarrasin (sans gluten) de Foucade

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen








Je ne suis pas une adepte du « manger sain » à tout prix, et du « sans » à toutes les sauces si l’on peut dire. Je consomme le lactose et le gluten parce que je les supporte sans problème. Mais j’aime bien m’ouvrir à des cuisines qui innovent comme souvent dans les recettes vegan qui proposent nouveaux aliments et nouvelles manières de cuisiner.
Je n’apprécie pas tout mais parfois je craque totalement pour un plat comme ce beurre de mangue découvert lors du Brunch d’Angèle à l’Alcazar. Angèle est la chef naturopathe de la Guinguette qui porte son nom. Elle a écrit un livre Délicieusement green et elle propose désormais un super brunch à l’Alcazar : açai bowls, smoothies, cake vegan, granolas, porridges, supers confitures… et ce fameux beurre de mangue. Il peut remplacer le beurre du petit-déjeuner et il est plus que parfait sur une tartine bien croustillante. Et son aspect  très proche du beurre laitier trompe beaucoup de monde. Il se garde peu de temps en revanche. A faire quand vous avez du monde à la maison.

Je voulais tester aussi ces boudoirs sans gluten de Marjorie Fourcade surtout parce qu’ils sont au sarrasin. Beaucoup moins convaincue en revanche de l’intérêt de ces boudoirs. Mais n'hésitez pas à faire un tour à la pâtisserie pour tester ses petites merveilles sans gluten.






Le beurre de mangue d’Angèle
1 mangue mûre
1 citron vert
1 cuillère à café rase de curcuma en poudre ou un pouce de curcuma frais
100 g d’huile de coco (si possible vierge et désodorisée)
1 pincée de sel

Faites fondre l’huile de coco à feu doux. Epluchez la mangue et coupez la en morceaux. Dans un blender, placez les morceaux de mangue, le zeste de citron vert, le curcuma et la fleur de sel. Mixez finement. Versez dessus l’huile de coco chaude. Mixez à nouveau.
Versez dans des petits ramequins et laissez refroidir. 
A conserver au froid pendant 2 ou 3 jours max.




Les boudoirs au sarrasin (sans gluten) de Foucade
5 oeufs
60 g de sucre complet rapadura
1 gousse de vanille
50 g de farine de riz complet
35 g de farine de sarrasin
1 cuillère à café de gingembre en poudre
des flocons de sarrasin

Dans un cul de pouce, fouettez deux jaunes d’oeuf avec la moitié du sucre complet.
Dans un bol, mélangez les farines et le gingembre.
Préchauffez le four à 170°C.
Montez les 5 blancs en neige avec le sucre restant. Quand les blancs sont fermes, versez la moitié de la farine, mélangez à nouveau et versez le reste de la farine ainsi que l’appareil jaune d’oeuf et sucre.
Préparez une plaque de cuisson chemisée. A l’aide d’une poche à douille diamètre 12 mm, déposez des bandes épaisses de pâte de 10 cm environ. Vous pourrez faire environ une grosse quinzaine de boudoirs avec la pâte. Saupoudrez de flocons d’avoine.
Mettez au four à 170°c pour 5 minutes. Baissez ensuite à 130°c pour 5 minutes supplémentaires. Coupez le four et laissez les boudoirs pour 10 minutes à four éteint.
A conserver à l’abri de l’humidité




J'ai été moins convaincue par les boudoirs. Mais il faut aussi dire que je ne suis pas trop fan des boudoirs classiques. Dites-moi ce que vous en pensez si vous les faites.


lundi, novembre 21, 2016

Soupe de butternut à la coco et d'autres petites choses


Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen





C’est la pleine période de ce que j’appelle les « soupes repas » ou les soupes complètes. De bonnes soupes de légumes dans lesquelles on rajoute des petites choses qui croquent, qui apportent de la douceur ou du piquant, de l’amer ou de l’acide. Une base de soupe classique : ici butternut coco boostée aux épices et à l’ail rôti servie avec du fromage de chèvre, des graines de grenade et quelques pistaches. La quantité d’ail peut vous sembler importante mais comme il est rôti il perd de son mordant pour ne conserver que son arôme.




Soupe de courge butternut aux épices, lait de coco et fromage de chèvre
Inspirée d’une recette de Half Baked Harvest
Pour 4 à 6 personnes
Pour la soupe
1 tête d’ail
2 cuillères à soupe d’huile de coco
1 courge butternut 
1 cuillère à thé de poudre de curry en poudre
1 cuillère à thé de paprika fumé
1/2 cuillère à thé de cumin en poudre
1/2 cuillère à thé de cannelle
1/2 cuillère à soupe de flocons de chili
500 ml de bouillon de légumes
2/3 d'une boite de lait de coco
Sel et poivre

Pour accompagner
Fromage de chèvre frais
Le reste du lait de coco
Une petite poignée de pistaches
Des grains de grenade
De la coriandre hachée
Des graines de courge grillée ou celles de votre choix

Préchauffez le four à 200°C. Etêtez une tête d’ail au 2/3. Enlevez quelques couches de peau. Versez quelques gouttes d’huile d’olive sur la tête d’ail et placez la au four dans un plat sous une feuille d’aluminium pour 45 minutes. Les gousses doivent être cuites et tendres. Elles s’enlèvent facilement du reste de peau qui les entourent. Mettez de côté ces gousses d’ail rôties que vous écrasez grossièrement à la fourchette.
Pendant que les gousses d’ail cuisent, pelez et coupez la courge en cubes.
Faites chauffer l’huile de coco dans une cocotte, rajoutez les flocons de chili et ensuite les cubes de coure. Saupoudrez de curry, paprika fumé, cumin, cannelle et de poivre fraîchement moulu.
Faites bien revenir les cubes dans les épices avant de versez le lait de coco et le bouillon de légumes. Faites cuire à feu doux à couvert pendant 20 à 25 minutes, les cubes doivent devenir fondants. A la fin de la cuisson rajoutez les gousses d’ail confites écrasées, salez et poivrez encore si besoin. Mixez la soupe. Laissez la cuire encore 2 ou 3 minutes.
Versez la soupe dans des bols. Rajoutez une cuillère de lait de coco au centre. Emiettez le fromage de chèvre, quelques grains de grenade pour la couleur, de la coriandre hachée et des graines de votre choix comme des &lats de pistaches vertes.



Désolée de ne pas être plus présente depuis plusieurs semaines mais je vais essayer de faire un peu mieux d'ici la fin de l'année. Bonne semaine.


dimanche, novembre 06, 2016

Tarte poires et noisettes au pain perdu

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen



Je ne peux absolument pas résister à de jolies poires… et aussi aux noisettes caramélisées. Vous me direz « encore une recette de tartes aux poires de plus » mais celle-ci n’est absolument pas classique. Pas de pâte brisée ou feuilletée mais du pain perdu pour faire ce fond de tarte ultra gourmand qui caramélise durant la cuisson. Entre le gâteau et la tarte.
Recette trouvée par hasard dans un magazine (je ne sais plus lequel) car j’ai pris une photo de la recette sans noter la source. Shame...





Tarte aux poires et noisettes caramélisées au pain perdu
3 poires Williams
100 g de sucre pour le sirop
1 gousse de vanille
1 citron
200 g de brioche un peu rassie
1 sachet de sucre vanillé
40 g de sucre blond de canne
2 oeufs
35 cl de lait entier
40 g de beurre fondu
40 g de noisettes et un peu de sucre pour les caraméliser

Epluchez et coupez les poires en deux. Afin qu’elles ne s’oxydent pas vous pouvez légèrement les passer au jus de citron avant de les pocher dans une casserole avec le sucre et la gousse de vanille (couvrir d'eau à hauteur). Laissez frémir 15 minutes avant de les retirer du feu. Réservez les.
Préchauffez le four à 180 °C.
Concassez grossièrement au couteau les noisettes et faites les légèrement caraméliser avec 40 g de sucre dans une poêle. Réservez les en faisant attention à ce qu’elles ne collent pas trop entre elles.
Beurrez un moule à tarte : rectangulaire ou circulaire.
Battez les œufs avec le sucre vanillé et 40 g de sucre blond puis ajoutez le lait et le beurre fondu.
Coupez la brioche en tranches fines puis trempez les dans le mélange aux œufs.
Tapissez le fond du moule avec les tranches de brioche afin de créer votre fond de tarte.
Disposez les demi-poires sur le dessus, versez le reste du mélange aux œufs.
Parsemez d’éclats de noisettes caramélisées et saupoudrez d'un peu de sucre avant d’enfourner pour 30 minutes. A déguster tiède ou froide.

Les plus gourmands pourront la servir avec un caramel au beurre salé mais les noisettes suffisent à apporter la petite notre croquante sucrée qui fonctionne si bien avec les poires.



lundi, octobre 31, 2016

Crème au yaourt et safran d'Ispahan - Khoresht e mast

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen



Plus d’un mois depuis que je n’ai pas posté de recette sur le blog. Même si je suis restée active sur Instagram ou ma page Facebook, c’est bien la première fois en dix ans que je reste aussi longtemps absente du blog. Entre les vacances en Iran et les deux week-ends successifs en Bretagne et Haute-Savoie, je n’ai pas vraiment eu le temps de cuisiner. Mais je reviens en fanfare et vous n’avez pas fini d’entendre parler de cuisine persane.

Je n’ai pas encore trié toutes les photos et je vous prépare un billet spécial cuisine persane dans les prochains jours (… semaines). Mais à la demande de mes compagnons de voyage à qui j'ai promis de commencer par une recette typique d’Ispahan, la belle, la douce : une voluptueuse crème au yaourt et au safran, une spécialité esfahani que nous avons dégustée dans le restaurant "star" de la ville : le
Shahrzad.


La version du restaurant avec des morceaux d'orange confite. On en retrouve aussi dans le plat de riz à l'arrière-plan.


Ma version aussi crémeuse mais moins jaune intense


Bien sûr dès le soir même nous recherchions sur Internet comment la réaliser. C’est une crème ou sauce assez particulière car légèrement sucrée. Elle se consomme séparément sans être un dessert mais pas non plus comme un accompagnement à l’habituel plat de riz. J’ai trouvé différentes recettes dont beaucoup utilisent de la viande (du collier de boeuf ou du gras d'agneau) afin de créer un bouillon gélatineux qui, rajouté à la sauce au yaourt, lui permet de devenir onctueuse et crémeuse. Certains parlent de crème de boeuf… ça ne fait pas rêver. La traduction littérale est ragout (Khoresht) de yaourt (mast).

J’ai trouvé une recette « accessible » bien que ne correspondant pas aux standards de la cuisine iranienne chez Cuisine plurielle. Pourquoi ? parce qu’elle utilise de la gélatine alimentaire souvent issue du porc.
Pour le reste des ingrédients il vous faudra trouver un vrai bon yaourt épais grec, du safran, des pistaches et des épine-vinettes. Une bonne adresse pour trouver tous les ingrédients : l’épicerie iranienne du 15éme arrondissement : Eskan (vente en ligne possible).




La cuisine iranienne aime le safran et ... l’épine-vinette (Berberris) dont il est le premier producteur mondial. C’est une petite baie rouge acidulée qui est souvent rajoutée dans les plats de riz et les ragouts. Les iraniens raffolent des baies comme les petites prunes sèches, les griottes et les épine-vinettes. Ses propriétés immunostimulantes, antifongiques, antibactériennes et ses capacités à réguler les troubles intestinaux, s’avère être une nouvelle arme contre le diabète de type II et les états de pré-diabète. Une petite baie qui fait de l’effet.





Khoresht e mast (crème au yaourt et safran) d’Ispahan
200g de yaourt épais de type grec (celui de Mavromatis est top)
1 oeuf
1/4 de cuillère à thé de pistils de safran
20 g de sucre en poudre
1 feuille de gélatine
quelques baies d’épine-vinettes et pistaches concassées.
Plongez la feuille de gélatine dans l’eau glacée. Plongez le safran dans un demi petit verre d’eau très chaude. Laissez infuser.
Fouettez l’oeuf entier. Rajoutez le sucre et le yaourt épais. Mélangez bien. Versez l’eau safrannée (sans les pistils) sur le yaourt. Mélangez bien à nouveau. Versez le mélange dans une casserole et faites chauffer doucement en rajoutant la feuille de gélatine bien égouttée. Fouettez doucement pendant quelques minutes et arrêtez avant l’ébullition.
Versez dans un plat. Laissez prendre la crème au frais. Elle doit rester souple. 
Décorez avec l’épine-vinette, de l'orange confite, des pistaches...

Je vous conseille de la préparer pour un brunch. Elle se prête bien à des repas entre sel et sucre. Elle sera parfaite à déguster avec une brioche sans rajouter encore plus de sucre car ses notes safranées acidulées fonctionnent bien avec la viennoiserie.

Et si vous voulez vraiment faire la recette comme là-bas, suivez les instructions en video.


LinkWithin

Related Posts with Thumbnails